Poissons migrateurs  : un scandale français !

En attendant une prochaine et nouvelle action en justice, le constat d’huissier que nous produisons montre de manière éclatante que le braconnage est institutionnalisé dans le port de Bayonne, avec la bénédiction d’une camarilla d’agents administratifs plus que bienveillants.

Ainsi, il en va des responsables des Affaires Maritimes qui, sollicités à maintes reprises, se refusent à intervenir et à faire respecter la loi.

Nous produisons une vidéo qui montre l’inimaginable : des filets barrant entièrement l’Adour et sa passe avec en arrière-plan, pour bien situer le délit, les cargos à quais.

Cette vidéo deviendra, nous l’espérons, virale et témoignera d’un désastre français : celui de la disparition de l’Etat de Droit.

Au-delà de l’interdiction de pêche dans les limites du port de Bayonne et contrairement à ce qui est claironné, Les poissons capturés ne font l’objet d’aucun contrôle sanitaire – d’aucun contrôle tout court – ils échappent entre autres au passage obligatoire par un point de pesée dont l’absence voulue permet d’alimenter un trafic très lucratif.

Les informations communiquées par certains agents des administrations concernées ne sont pas que fantaisistes : basées sur du déclaratif, jamais vérifiées, elles sont volontairement falsifiées au dire même des protagonistes !

Qui sontau-delà des braconniers officiels, les bénéficiaires de ce scandale ?

Ce sont les mêmes acteurs qui trafiquent le saumon et la pibale.

Les enjeux financiers sont énormes et échappent à tout contrôle.

On s’en inquiète partout en Europe, dans le monde y compris récemment aux Etats-Unis, mais pas en France !

Pourquoi ?