“Le gave de Sorde à Oloron” par Atlantica

Commentaire :

Pour clore notre cycle de “lectures confinées” en 8ème et dernière semaine, ce hors-série spécial Gave de 2002 de ce superbe magazine couleur des Pays de l’Adour malheureusement disparu en 2011 … avec, tout au long d’une promenade patrimoniale bien documentée, les photos aériennes des accès au gave entre Sorde et Oloron.

“Si le Gave m’était conté” de Guy Debédat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire :

Pour notre 5ème semaine de confinement, intéressons-nous à ce livre richement illustré de Guy Debédat publié à titre posthume en 2014, qui, au-delà de la pêche, entre Grande et petites histoires, nous entraîne avec passion et engagement dans une épopée béarnaise le long du Gave d’Oloron.

 

“Des Saumons et des Hommes” de Fabrice Bergues

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire :

Prolongeons nos lectures confinées avec ce livre de 2003. Quelques pages et photos d’époque apportent leur touche d’Histoire du saumon et des hommes du Gave d’Oloron mis en valeur dans cette publication consacrée pour moitié à la pêche et aux principaux pools.

“Le Saumon, Seigneur des gaves” de Jean-Paul Valiente

 

Commentaire :

Nos lectures se prolongent avec la 3ème semaine de confinement … avec ce beau livre de 2003 très documenté et riche de photos qui témoigne de longues recherches historiques au fil du gave entre Sorde l’Abbaye et Oloron Ste Marie

 

Pièce maitresse du jeu de cartes du Gave – années 50/60

Commentaire :

D’après Bernard Deloustal, cette carte daterait  des  années fin 50 début 60.

On y retrouve la Société d’Oloron et ses 3 Sections, prémices de l’ AAPPMA, représentées par les membres du Bureau de leur Conseil d’Administration respectif.

Claude Castera de la Section de Salies, expliquait il y a une dizaine d’années que tous ces  bénévoles très actifs sur le terrain, par exemple, nettoyaient les frayères chaque automne et construisaient avec l’aide du plombier local des bacs pour y mettre des boites Vibert,  etc. …

Tout le dos de la carte est occupé par les publicités des commerces, boutiques et artisans qui l’auraient ainsi  financée car … “s’il y avait peu d’argent, il y avait beaucoup de passionnés.”