Lire  →    Pêche en eaux troubles 1

Lire  →    Pêche en eaux troubles 2

 

Nous remercions très chaleureusement :

  • le port de Bayonne pour le cadre et les décors
  • les pêcheurs aux filets pour leur interprétation fidèle du pillage organisé de la ressource
  • l’Etat et la Justice pour leur parfaite mise en scène
  • l’Omerta pour l’originalité du texte

« CETTE PÊCHE EN EAUX TROUBLES », QUE CACHE-T-ELLE ? par Jean Sarsiat.

La pêche aux filets dérivants est interdite dans le port de Bayonne. C’est incontestable et incontesté. Donc que la loi soit appliquée ! Ni plus ni moins ! Et vite ! Sinon c’est qu’il y a anguille sous roche et il va falloir enquêter pour savoir ce qui se passe vraiment.
Le titre de l’article est évocateur : « Pêche en eaux troubles »…

Précisons que le Front uni des vallées des gaves (1) qui soutient la pêche sportive à la ligne n’est pas parti en guerre contre les professionnels de la pêche. Il leur demande simplement de quitter la zone interdite du port de Bayonne (véritable goulet d’étranglement) et d’aller déployer leurs filets ailleurs. Ils peuvent le faire sur le secteur d’une vingtaine de kilomètres, en amont du pont Grenet, dans l’Adour et dans les Gaves réunis où c’est autorisé.

(1) Ce Front uni, baptisé « Union sacrée » par l’AAPPMA du gave d’Oloron, réunit les Fédérations de pêche du 64, du 40 et du 65, les acteurs du tourisme, les collectivités locales unanimes (250 communes et communautés de communes ont voté une délibération), les parlementaires, les élus départementaux et régionaux, Salmo Tierra Salva Tierra, TOS, SEPANSO 64 et 40, l’association nationale des guides pêches, le club mouche de l’Allier, les Gîtes de France, l’association départementale des hôteliers et restaurateurs, les camping, les magasins d’articles de pêches …