Bayonne sans filets 1 : une fin d’année engagée auprès du Procureur et des Préfets – décembre 2017

ST2 est associée à la plainte auprès du procureur

et interpelle les préfets

Pour répondre aux interrogations des uns et des autres sur l’engagement actuel de notre Association, nous avons fait le choix politique de nous fédérer avec tous les partenaires qui partagent nos objectifs.

Peu nous importe d’apparaitre au premier plan. Nous privilégions l’efficacité et les résultats.

Nous nous réjouissons de voir les élus locaux s’approprier nos thématiques et se poser en défenseurs et promoteurs de leurs territoires. Le saumon est devenu un symbole : celui de la reconquête de nos vallées, pillées, saccagées, polluées ; conséquences du cynisme et de la cupidité de quelques-uns et de l’indifférence du plus grand nombre.

Aussi bien dans la plainte qui a été déposée auprès du Procureur de la République de Bayonne par l’AAPPMA du Gave d’Oloron et à laquelle nous avons été étroitement associés, que dans les différents courriers aux préfets concernés que vous allez découvrir ci-dessous et qui associent la SEPANSO 64 et la SEPANSO 40 à Salmo Tierra – Salva Tierra, il est question de faire respecter l’interdit de toutes pêches dans le port de Bayonne, avec comme objectif déclaré : l’interdiction totale de la pêche professionnelle aux poissons migrateurs dans le bassin versant de l’Adour et sur les fleuves et les courants côtiers.

Nous n’oublions pas le pillage en mer de cette ressource.

Les deux actions engagées sont complémentaires :

D’un côté, le procureur de Bayonne, investit d’un mandat élargi, devrait mener les investigations souhaitées tous azimuts : Etat, Région, Administrations, Associations agrées de pêcheurs professionnels.

De l’autre, une action ciblée sur les Préfets faisant courir les délais contentieux.

Ce n’est qu’un début, la vigilance est de mise dans cette affaire et nous allons alerter les associations emblématiques de défense de l’environnement au niveau international.

Le sérieux de la parole et de l’engagement de la France en termes de gestion et de préservation des ressources y sera testé.

25 euros le kg !!!

Monsieur le Préfet, Messieurs les présidents du Conseil Régional et du Conseil Départemental du 64.

Si les saumons sont absents de nos rivières, ils remplissent les étals des mareyeurs.

A 25 euros le kg, ces saumons au prix du cabillaud sont éligibles pour s’inscrire dans les menus de vos cantines respectives. Il suffira de les présenter comme truites de mer.

Les vallées se meurent de ce pillage et de votre indifférence devenue jupitérienne.

 

 

L’AFDSA, vous connaissez ?

 

L’AFDSA ( Association Française de Destruction du Saumon Atlantique )

vous connaissez ?

Dans le N° 94 de la revue du Fishing Club de France « La Pêche Illustrée » (février 1929), sous le titre : « Une richesse publique gaspillée en France », nous trouvons un article bien évidemment consacré, déjà, au saumon …. article dont nous ne résistons pas au plaisir de vous faire profiter de l’extrait ci-dessous : (suite…)

L’Etat communique … sur la civelle ? Sud-Ouest janvier 2017

 

Que veut-on nous faire croire ?

Que l’Etat mène une lutte impitoyable contre les atteintes à la capacité de renouvellement de la ressource ?

Que non ! Demandons-nous plutôt le pourquoi de ces opérations actuelles ?

Si l’Etat était si respectueux que cela à protéger les espèces migratrices en difficulté de renouvellement, il aurait rendu depuis longtemps ou il rendrait très rapidement illégales les dernières pêches européennes et honteuses du saumon aux filets dérivants dans l’estuaire de l’Adour !