La Coalition Mer-Rivière interpelle le Cogepomi Adour du 22/03/ 2019

Commentaire :

La coalition Mer – Rivière ( ADRM, SEPANSO, APQV, ACCOB et SALMO TIERRA – SALVA TIERRA ) interpelle et interroge le COGEPOMI Adour en session plénière – point “saumon”- à Bayonne le 22 mars 2019

Ce dossier est transmis le 21 mars à tous les membres du Cogepomi :

 

Le Saumon de l’Adour au 19/20 de FR3 national – 18 mars 2019

 

 

 

Commentaire :

Nous sommes, ici, bien loin de cette présentation parisienne “guerre de clochers” entre Béarnais et Basques :

Nous sommes sur une nécessaire protection de cette ressource fragile pillée illégalement sur le littoral et dans l’estuaire afin de développer un tourisme pêche sportive du saumon propice à la revitalisation de l’économie du  Béarn des Gaves.

Alors, continuons d’en parler … et donc poursuivons nos actions …

Prolongation du pillage illégal du saumon Béarnais – mars 2019

 

Commentaire :

Le pillage illégal protégé par l’Etat peut continuer … complaisance, protection, corruption ? … mais au prix d’une colère qui gronde de plus en plus !

Plainte non-retenue, non-instruite … sur ordre du préfet au procureur … et maintenant audience de citation directe par 2 fois renvoyée et cette fois à 8 mois ! Cherchez l’erreur !

A travers la pêche sportive, c’est bien toutes les économies locales du Béarn des Gaves et du Pays de Béarn qui doivent, à nouveau, attendre …

Alors, que tous les élus n’attendent plus et se joignent en nombre au projet de manifestation du 22 avril !

Prison ferme pour le braconnier de civelles – 13 mars 2019

 

Commentaire :

Pas de “chance” ! à Pau, c’est bien plus cool !

2 régions – 2 mesures : c’est bien connu, dans les pyrénées-atlantiques, haut lieu de tous les pillages illégaux et braconnages réunis, il n’y a pas de prison ! et les amendes sont peanuts !

Cf. dans “dossier migrateurs/pibales-anguilles”, publication du 2/12/2018 : “C’était au tribunal de Pau …”

Le trafic bien trouble des civelles – SudOuest 13 mars 2019

 

 

Commentaire :

C’est le principe des filets communicants : moins de pêches déclarées et plus de pêches illégales … parce que ce sont, en grande partie, les mêmes !

Des professionnels et parfois même des élus dont il est question dans nos publications : Editorial 6 du 10/12/2017, dossiers migrateurs/pibales et anguilles des 9/02, 23/10 et 2/12/ 2018 …

Alors, oui, les questions de complaisance, de protection et de corruption se posent !