Pêche professionnelle sur l’Adour : vers un compromis financier ?

 

Commentaire :

Article de presse insuffisamment précis quant à la cessation d’activité professionnelle : cessation d’activité seulement dans l’estuaire ou sur l’Adour ?

Beaucoup de questions se posent sur le contenu détaillé de cet accord qui ne se montre pas encore … pourquoi ?

L’histoire nous a montré qu’avec les professionnels et les autorités, il n’y a pas de quoi être confiant à priori !

Le pdt du comité des pêches maritimes livre des scoops !

Commentaire :

– Où l’on apprend que le saumon se porte mieux qu’auparavant

– Où l’on apprend que la pêche commerciale est :

  • garante de la ressource
  • garante de la qualité des eaux

Pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt ?

Nous aurions alors fait l’effort de lire au moins au second degré leur dossier scandaleusement falsifié de la pêche professionnelle et financé avec l’argent du contribuable :

Le saumon de la discorde entre socialistes et écologistes

Les prochaines élections régionales sont en mars 2021

“Le conseiller régional écologiste, Jean-François Blanco, condamne l’autorisation de pêche dans le port de Bayonne signée par le président de la région Nouvelle Aquitaine.

Le saumon pyrénéen sera-t-il la sardine du port de Marseille ou le schisme politique entre le président socialiste de la Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, et les écologistes …”

Odile Faure – SudOuest

Le port de Bayonne à nouveau ouvert à toutes les pêches

 

Commentaire :

Alors que les professionnels négocient leur cessation d’activité, les préfets du 64 et 40 rejoignent le président de région et signent un arrêté autorisant toute forme de pêche dans le port de Bayonne.

On pouvait rêver à mieux puisque le conflit avec la pêche professionnelle était en voie de règlement et d’autant plus que le tribunal administratif de Pau venait dernièrement de préciser que l’interdiction en vigueur concernait la seule pêche professionnelle.

Mais fallait-il s’attendre à autre chose d’un Etat qui montre, en l’occurence dans ce domaine, un manque de courage et une incapacité qui deviennent légendaires …

Ils montrent seulement de la désinvolture méprisante en invoquant une nécessaire gestion de la ressource, eux qui ont  en toute connaissance de cause protégé le pillage professionnel  commercial  illégal des migrateurs aux filets. A titre d’exemple, les professionnels déclarent 19 tonnes en 2019 et 15 tonnes en 2020 d’aloses, migrateur en danger critique d’extinction qui disparait pratiquement des gaves et rivières du sud-ouest.

Les préfets, comme le président de région, ne sont plus à la hauteur de ces enjeux … ils sont maintenant dépassés par cette question très moderne à laquelle ils apportent une réponse d’un autre temps …”considérant que la pêche … professionnelle … est historiquement pratiquée dans le port de Bayonne”

 

Le rachat des licences de pêche est financièrement engagé …

 

Commentaire :

Où l’on apprend que le président de région vient à nouveau de faire une promesse en s’engageant à participer au financement …

Attention aux promesses de ce président de région !

Quand bien même cette participation financière aurait lieu, elle ne gommerait aucunement sa félonie concernant son autorisation de la pêche professionnelle dans le port de Bayonne

L’accord historique de Sauveterre signe la fin des filets sur l’Adour ?

Commentaire :

Après avoir prélevé illégalement pendant de nombreuses années et à ce prix là, on serait en droit d’attendre un rachat définitif de toute licence de pêche aux filets sur tout le bassin de l’Adour !

A suivre pour la teneur de cet accord et bien entendu … la recherche des financements

A.Rousset a osé dire : pas de problème de sécurité dans le port !

 

 

https://www.sudouest.fr/2020/08/17/pays-basque-vigilance-requise-a-cause-d-un-filet-de-15-metres-abandonne-dans-l-adour-7752056-4018.php?fbclid=IwAR2iXxEYO6YihRZehfyKUTvz6ck9LKp8tEHA3lBpWj-_c9QZElQ8Z6vubWc

 

Commentaire :

Alain Rousset et son conseiller régional Mathieu Bergé, président du conseil portuaire ont bien précisé qu’il n’y avait vraiment aucun problème de sécurité dans le port de Bayonne … bien que des filets de 120m barrent la navigation, bien que des navettes et autres embarcations soient contraintes à demi-tour, bien que des accrochages aient été grassement indemnisés à l’amiable …

Ils laissent ainsi entendre que les textes qui ont présidé à cette question de bon sens concernant la sécurité de navigation dans les limites administratives des ports en France sont complètement infondés … dont acte …

Alain Rousset n’est plus à la hauteur des enjeux … il est maintenant dépassé par cette question très moderne à laquelle il apporte une réponse d’un autre temps …