Commentaire :

La décision du TA de Bordeaux fait honneur aux magistrats de cette juridiction.

Avec nos avocats, nos partenaires de la SEPANSO et en mobilisant toutes nos ressources humaines et financières nous avons fait, à nouveau, prévaloir le droit.

Ce qui est stupéfiant et inquiétant dans cette affaire et qui nous désarçonne, ce sont les collusions que nous percevons entre  des représentants administratifs, certains hommes politiques et une dizaine de pêcheurs contrevenants qui n’ont de cesse de subvertir et de contourner les décisions de justice leur imposant de pêcher ailleurs que dans le port de Bayonne.

 

C’est  leur problème ! ils peuvent pêcher partout sauf là ! mais comment se désintoxiquer des razzias miraculeuses, des revenus aux allures de rente, des contrôles inexistants, de ce sentiment grisant d’impunité et osont le dire, dans leur pré-carré du port de Bayonne, de toute puissance !  Ils font appel aux préfets, au président du conseil régional, demain au pape … ils font pleurer dans les chaumières ! Que d’oreilles bienveillantes à leur chevet ! Attention, c’est dans le malade imaginaire que Molière  à  la quatrième représentation,  dans  le rôle d’Argan, devient réellement malade.

Quid de leur arrogance passée quant ils refusaient toutes propositions d’indemnisations et de reconversions, quant ils toisaient les élus du Conseil Général et les envoyaient paître.

Ils se disent et se proclament cocus ! de qui ? pourquoi ? 

Naufrageurs de la biodiversité, en décalage complet  avec les attendus de la société, ils sont les derniers représentants d’un monde qui a disparu avec les bouilleurs de cru. Ce n’est pas par les temps qui courent de bonne politique que de les soutenir !

Puisse Alain Rousset, notre Président de Région, s’en inspirer …