Une Terre et un avenir pour nos enfants.

Les gaves, l’Adour, les nives, sont parmi les plus belles rivières. Elles abritent une grande diversité de poissons migrateurs : saumons, aloses, truites de mer, anguilles et civelles, etc. unique en Europe. On nous envie ces richesses partout dans le monde en même temps que l’on nous méprise de les détruire, de les surexploiter, de les commercialiser par cupidité et intérêts à courte vue.

On surfe l’océan pour ses vagues, on s’y baigne, on y navigue et cela enrichit le littoral aquitain. On skie l’hiver dans les Pyrénées, on y randonne l’été dans des sites préservés et aménagés et ça profite aux habitants des vallées. Pour vivre leurs passions, des gens louent des gîtes, achètent des maisons, paient impôts et taxes, consomment et cela crée des emplois tant durables que saisonniers.

Partout dans le monde, des milliers de pêcheurs sportifs, vivent leur passion sur des rivières et des fleuves où la faune et la flore sont jalousement préservées, où le braconnage est durement réprimé. Des vallées entières du Canada, du Québec, d’Ecosse, d’Irlande, d’Islande, des pays scandinaves, y compris de Russie, vivent et prospèrent autour du saumon, le mythique poisson-roi.

Nous n’avons rien à leur envier, au contraire ! Des centaines d’emplois sont en jeu et sont l’avenir de notre région. Pour cela nous exigeons l’interdiction de la commercialisation de tous les poissons migrateurs et de toutes formes de pêches professionnelles sur l’Adour, les gaves, les nives et le plateau continental (y compris le port de Bayonne).

Toutes les études le confirment, la pêche sportive a un très faible impact sur les captures de poissons migrateurs. Sa dimension économique est sans commune mesure avec la pêche professionnelle qui est pratiquée tout au plus par quelques dizaines de pêcheurs estuariens et fluviaux, qui prélèvent chaque année la plus grande partie des migrateurs.

Les pêcheurs sportifs veillent jalousement à la qualité des eaux et dénoncent régulièrement les atteintes à l’environnement. Ils sont les lanceurs d’alerte sans lesquels nos rivières seraient des décharges et des égouts à ciel ouvert.

En cette année 2019, proclamée année internationale du saumon, nous allons multiplier les actions en faveur de la défense des gaves et des migrateurs. Nous le ferons avec détermination, en attendant les recours, réponses administratives et judiciaires en cours.

Nous mènerons en les amplifiant, des actions de terrain sous différentes formes auprès de la population, des administrations publiques concernées, avec des campagnes de presse ciblées, des démarches de lobbying aux niveaux national et européen.

Des actions seront menées et développées en partenariat avec l’ADRM. 

Une pétition qui nous est commune est en cours et il convient de la signer.

Les enjeux sont considérables pour la revitalisation de nos territoires.

Nous sollicitons votre soutien y compris financier.

Nous vous invitons à nous suivre sur notre site et sa newsletter ainsi que sur notre nouvelle page Facebook et bientôt Instagram.