La pétition approche les 5000 !

Combien serons-nous à Bayonne le 30 mai ?

L’association Salmo Tierra – Salva Tierra et ses partenaires associatifs ont décidé pour des raisons organisationnelles, que la manifestation qui devait se tenir le lundi de Pâques 22 avril 2019, est reportée au 30 mai 2019 à 14 h sur le port de Bayonne côté Capitainerie. Rendez-vous au parking de la patinoire d’Anglet. Un co-voiturage est prévu à partir de Sauveterre.

Cette manifestation par son ampleur prévisible, doit être pour le développement de nos vallées l’évènement marquant de 2019. Elle veut dénoncer et faire cesser le braconnage pratiqué par les pêcheurs professionnels dans le port de Bayonne qui détruit la ressource en saumons et ruine l’économie touristique et l’attractivité de nos vallées. Celles-ci doivent redevenir ce pays de cocagne que nos amis anglais qui y séjournaient et y habitaient par centaines, présentaient comme une annexe du paradis sur Terre.

Pour cela et c’est aussi le sens de cette mobilisation, le saumon comme la truite dans les bassins d’eau potable, nous permet par sa migration comme aucun autre salmonidé, de faire le point sur la qualité des eaux, la continuité écologique, la destruction de la biodiversité et la pollution des terres.

La disparition progressive dans le fleuve des poissons migrateurs fait état autant d’une surpêche préoccupante sans contrôle et sans régulation que d’un empoisonnement de nos rivières par les micro-polluants, pesticides et métaux lourds qui stérilisent les frayères et rendent les poissons, pour la plupart, impropres à la consommation.

Nous luttons aussi contre toutes les pollutions et marchandisations de nos rivières :

– L’enfouissement plus que problématique de déchets ultimes dans des vallées jusqu’ici préservées,

– La multiplication des carrières inutiles au milieu des meilleures terres agricoles et de nos plus belles forêts transformées au nom d’une écologie dévoyée et de manière misérable en pellet,

– Les projets et les réalisations de micros-centrales sans réels intérêts énergétiques qui privatisent nos cours d’eau au seul bénéfice de spéculateurs compulsifs,

– Les pompages massifs de l’eau qui, en été, tant dans les rivières que dans les nappes phréatiques, assèchent les terres, fragilise les forêts, concentrent les polluants,

– Les drainages qui artificialisent les cultures et accentuent leur stérilisation et leur lessivage

Il n’y a pas de fatalité au sous-développement et à son corollaire la destruction et le pillage de l’environnement. Nous voulons témoigner dans notre combat pour la restauration et la valorisation de notre environnement dont le saumon est devenu l’emblème, que le chômage de masse qui fait fuir les jeunes n’est pas une fatalité dans une perspective d’un tourisme axé principalement autour de la pêche sportive. Dans une région qui se réapproprie ses ressources et retrouve son attractivité, la pauvreté et la misère ne sont pas une couleur locale.

Revenons aux fondamentaux d’un développement harmonieux, responsable et solidaire. Le saumon nous trace la voie, lui qui malgré les innombrables obstacles qui émaillent sa route, retrouve les frayères de sa naissance au milieu de notre forêt de Brocéliande qu’est la somptueuse et fragile forêt du Bager.

Alors, élus et représentants, fédérations et associations nationales et locales, commerçants, artisans, exploitants et entreprises, défenseurs de l’environnement, pêcheurs et amoureux des gaves, particuliers et familles, … rendons-nous nombreux à Bayonne le 30 mai 2019.